h1

Ils disent tous 33

28 juillet 2011

Sur la photo officielle des Bleus, 33 joueurs fringants en phase de préparation pour la prochaine Coupe du monde. L’envers du décor est différent: l’entraîneur Marc Lièvremont doit composer avec plusieurs blessés au sein de ce groupe et ne sait pas encore si tous pourront défendre leurs chances en Nouvelle-Zélande. Parmi ces joueurs incertains figurent Aurélien Rougerie, Thomas Domingo et William Servat. Tous se trouvent cette semaine dans les Pyrénées orientales  pour un nouveau stage de préparation qui permettra à l’encadrement de suivre de près la progression de chacun.

Après l’annonce de ce groupe le 11 mai (cf vidéo ci-dessous), Marc Lièvremont s’est vu reprocher le fait de miser sur plusieurs joueurs blessés. D’autres sélectionneurs ont fait ce genre de pari avant lui:  Bernard Laporte espérait ainsi en 2007 voir Sylvain Marconnet revenir à temps pour pouvoir disputer la Coupe du monde. Mais il avait alors perdu. Et Lièvremont pourrait connaître la même déconvenue avec certains de ses poulains.

Au-delà de la stratégie du sélectionneur, le nombre important de blessures à l’issue du Top14 a relancé le débat sur les cadences infernales imposées aux Bleus entre les matchs internationaux, ceux du championnat et de la coupe d’Europe. En comparaison, les joueurs professionnels de l’Hémisphère Sud jouent moins et ont plus de temps de récupération. Pourtant, un débat similaire fait rage de l’autre côté du globe. Le site néo-zélandais  d’informations sportives Sportal relaie les inquiétudes de Steve Hansen, entraîneur adjoint des All Blacks, qui estime que le rugby risque de se tirer une balle dans le pied s’il ne parvient pas à réduire le nombre de matchs disputés chaque saison. Les Néo-Zélandais, qui débuteront le 30 juillet le Tri-Nations face à l’Afrique du Sud, seront privés de cinq joueurs blessés. Et ils ont choisi d’en laisser cinq autres au repos en raison de leur premier semestre rugbystique très chargé. Le week-end dernier, l’entraîneur sud-africain Peter De villiers avait annoncé que 20 de ses joueurs étaient blessés et qu’ils ne pouvaient pas faire le déplacement en Australie. Beaucoup lui ont reproché de galvauder le Tri-Nations cette année pour mieux préparer la Coupe du monde. Mais Hansen ne remet pas en question le choix des Sud-Africains, en estimant qu’eux seuls peuvent juger de l’état de fraicheur du groupe. Et il demande à la Fédération internationale de rugby (IRB) de veiller à la surcharge des calendriers internationaux. L’année prochaine verra s’enchaîner une saison de Super rugby, ponctuée par une série de matchs internationaux en juin 2012, le Quadri-Nations incluant l’Argentine, puis la traditionnelle tournée de fin d’année. « C’est incroyable« , estime Hansen, en assurant que le rugby du Sud arrive à un point de rupture.O.B.

PS: le talonneur Guilhem Guirado a été appelé le 20 juin au sein du groupe des Bleus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :