h1

Kirwan défend la multinationale japonaise

23 août 2011

Les prochains adversaires des Bleus sont prêts. L’entraîneur de l’équipe du Japon, l’ancien all black John Kirwan, a communiqué hier sa liste des 30 joueurs qui s’envoleront pour la Nouvelle-Zélande le 30 août prochain. Et selon le Daily Yomiuri, Kirwan ne tarit pas d’éloge sur ses protégés : « Nous sommes plus complets qu’il y a quatre ans. Nous sommes plus forts, mieux préparés, nous allons plus vite et nous comprenons mieux nos forces et nos faiblesses ». Pour Kirwan, l’objectif est clair : démontrer au monde du rugby les progrès du rugby japonais lors des deux premiers matchs de poule, le 10 septembre contre la France et le 16 septembre face à  la Nouvelle-Zélande. Et gagner ensuite leurs dernières rencontres face au Canada et au Tonga (cf calendrier). Au vu de leurs résultats lors des matchs de préparation avec des victoires probantes contre les Etats-Unis, Fidji ou Tonga et une courte défaite face à l’Italie (cf vidéo), les Japonais toujours à la recherche de leur premier succès en Coupe du monde pourraient y parvenir.

Lors de l’annonce de son équipe, John Kirwan a été interrogé au sujet du nombre de joueurs étrangers présents dans son groupe. Sur les 30 joueurs désignés, 10 sont étrangers comme le Néo-Zélandais James Arlidge, l’Australien Ryan Nicholas ou le Tongien Sione Vatuvei. La réponse de Kirwan a été cinglante : « Je suis un peu fatigué de revenir sans cesse sur cette question. Nous suivons les règles de l’IRB et aujourd’hui nous devons faire appel à des joueurs étrangers pour faire progresser le rugby japonais. Ils sont tous très fiers de jouer pour le Japon et certains d’entre eux vivent ici depuis longtemps ». L’histoire de la Coupe du monde de rugby est jalonnée d’exemples d’expatriés dans les sélections nationales. Le livre Rugby, Coupe du monde inédite raconte dans le détail les destins de ces joueurs ayant jonglé avec différents maillots… Mais, depuis 2000, l’IRB a édicté un règlement qui interdit d’être sélectionné par un pays si un joueur a déjà disputé un match pour une autre sélection nationale. Hormis cette interdiction, le règlement actuel est plutôt souple : après trois ans de résidence dans un pays, un joueur peut être appelé en équipe nationale. E.M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :