h1

Lawes, le premier banni

15 septembre 2011

C’est en 1995, en Afrique du Sud, que l’arbitrage vidéo a fait son apparition dans la Coupe du monde de rugby (cf livre « Rugby, Coupe du monde inédite » ). Il se concentrait alors uniquement sur ces gestes « déloyaux » non sanctionnés pendant la rencontre pouvant donner lieu à une citation devant la Commission de discipline. Son usage a ensuite évolué, la vidéo pouvant notamment être utilisée depuis l’édition 2003 pour la validation des essais.

En Nouvelle-Zélande, le premier à faire les frais de ce règlement a été le jeune deuxième-ligne anglais Courtney Lawes, qui ne pourra pas disputer les matches face à la Georgie le 18 septembre, et la Roumanie le 24 septembre. Il a été suspendu après son agression, les genoux en avant, sur le talonneur argentin Mario Ledesma, le 10 septembre dernier(cf photo). Lawes n’avait pas été sanctionné pour ce geste pendant le match. Mais l’action n’a pas échappé au délégué à la citation qui a choisi de faire passer Lawes devant la Commission de discipline. Au vu des images, il a été reconnu coupable de brutalité. « La sanction correspondant à pareille infraction est en général une suspension d’une durée minimale de trois semaines. Cependant, au vu de divers critères favorables, tels que son excellent casier disciplinaire, ses remords exprimés et l’absence de facteurs aggravants, le joueur a été suspendu pour une durée de deux semaines seulement », explique l‘IRB. En Coupe du monde, une semaine correspond à un match.

Agé de seulement 22 ans, Courtney Lawes disputait face à l’Argentine son onzième match sous les couleurs de l’Angleterre. Il avait déjà démontré avec son club de Northampton son goût pour les plaquages appuyés. Lors de la finale du Challenge européen de 2009, Morgan Parra, qui jouait alors à Bourgoin, avait pu le constater à ses dépends (cf vidéo ci-dessous). Lors de la dernière Coupe du monde, les Bleus avaient terminé leur Coupe du monde sur une citation. Le Français visé n’était autre que le capitaine, Raphael Ibañez, reconnu coupable d’avoir piétiné le deuxième-ligne argentin Rimas Álvarez Kairelis. Et il avait, tout comme Lawes, écopé d’une peine légère grâce à ses bons états de service: une semaine de mise à pied. Il a mis un terme à sa carrière internationale après ce match, son 98e avec les Bleus, qui avait vu la défaite des Français (10-34). O.B.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :