h1

Drops, plaquages et autres stats…

16 septembre 2011

Une semaine après les débuts de la Coupe du monde, En route vers l’Eden a décortiqué les statistiques (fournies par l’IRB) des 13 matchs qui se sont déjà déroulés (sur 48). 66 essais ont été inscrits, dont 19 sont l’œuvre des All Blacks au cours de leurs deux premiers matchs (Tonga et Japon).

Essais

L’ailier fidjien Vereniki Goneva a réussi l’exploit d’inscrire 4 essais lors du match de son équipe face à la Namibie. C’est le premier Fidjien à réaliser une telle performance. Il rejoint ainsi des joueurs du calibre de John Gallagher (1987), Jonah Lomu (1995), Chester Williams (1995), Keith Wood (1999),  Mils Muliaina (2003) ou encore Bryan Habana (2007). Le record du nombre d’essais dans un match de Coupe du monde est détenu par le Néo-Zélandais Marc Ellis (cf photo ci-dessous). En 1995, en Afrique du Sud, l’ailier all black avait planté six essais lors d’un match face au Japon.  Après la Coupe du monde Vereniki Goneva évoluera sous les couleurs de Tarbes.

Plaquages

Pour juger de la performance défensive d’une équipe, l’encadrement technique a souvent recours à un chiffre. Il s’agit du taux de plaquages manqués. Si celui-ci se situe en dessous de 10 %, c’est très bon. Au dessus de 20 %, c’est très mauvais. Dans ce domaine, ce sont les Argentins qui s’en sortent mieux. Contre l’Angleterre, malgré leur défaite, les Pumas n’ont manqué que 5 % de leurs plaquages. Viennent ensuite les Blacks avec un taux de 6 % réalisé lors du match d’ouverture face aux Tonga. Face au Japon, les Bleus ont raté 13 % de leurs plaquages. Une statistique moyenne au plus haut niveau international. A titre de comparaison, les Blacks n’ont pas dépassé le seuil des 10 % de plaquages ratés lors de leur match face au Japon. Face aux îles Fidji, la Namibie a raté plus de 30 % de ses plaquages…Selon la physionomie des matchs, le nombre global de tentatives de plaquages (réussies ou manquées) pour chaque équipe peut varier du simple au double. Les Irlandais n’ont plaqué que 70 fois face aux Américains. Les Russes, eux, ont plaqué à tour de bras face aux Etats-Unis avec 157 placages.

Franchissements

A l’heure de défenses qui ont tout d’un mur infranchissable, les franchissements de ligne deviennent rares. Depuis les débuts de la Coupe du monde, cela s’est produit à 3 reprises en moyenne durant chaque match. A ce petit jeu, les Néo-Zélandais et les Australiens sont les plus performants pour déchirer le rideau défensif adverse. Contre l’Italie, l’Australie a franchi à 6 reprises la ligne défensive transalpine. Les Blacks, eux, y sont parvenus à 7 reprises face au Japon. Les Bleus s’étaient contentés de 3 franchissements de ligne face au Japon.

Drops

Avec une moyenne de 0 ,3 drops par match, la première semaine de la Coupe du monde reste dans les clous des chiffres constatés en 2007 (Cf livre Rugby : Coupe du monde inédite). Sur les 13 matchs, 4 tentatives de drops ont terminé leur trajectoire entre les poteaux. Lors du match entre les îles Fidji et la Namibie, l’ouvreur namibien a réalisé une performance étonnante (cf vidéo ci-dessous). Dans le premier quart du match, Theuns Kotze a passé trois drops coup sur coup… E.M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :