h1

Les Gallois voient rouge

16 octobre 2011

Depuis 24 heures, les supporters gallois ne décolèrent pas. Comment l’arbitre irlandais Alain Rolland a-t-il pu sortir un carton rouge à leur capitaine Sam Warburton dès la 19e minute de la demi-finale contre la France ? Réduits à 14, les Gallois ne pouvaient plus défendre leurs chances de la même manière. Ils se sont pourtant montrés largement dominateurs et ont perdu cette rencontre d’un tout petit point (8-9). Après cette cruelle défaite, la décision d’Alain Rolland est analysée sous toutes les coutures. Dans les règles du jeu définies par la Fédération internationale de rugby (IRB), une partie est réservée au jeu déloyal. Et le point 10.4 stipule notamment que « soulever un joueur du sol et le laisser tomber ou le pousser vers le sol alors que ledit joueur a toujours les pieds en l’air de telle sorte que sa tête et/ou le haut de son corps heurte le sol est un acte de jeu dangereux« . Et le point 10.5 prévoit que « tout joueur qui enfreint toute Règle relative au Jeu déloyal doit être soit réprimandé, soit averti et temporairement exclu pendant une période de dix minutes, ou définitivement exclu« .

L’arbitre Alain Rolland a certes opté pour la sanction la plus sévère, mais il l’a fait dans le cadre des règles qui régissent ce sport. Elles ont été modifiées après une Tournée des Lions britanniques en Nouvelle-Zélande. Le 25 juin 2005, le trois-quart irlandais Brian O’Driscoll était victime d’un plaquage cathédrale (ou spear tackle) asséné par le talonneur all black Kevin Mealamu et son coéquipier Tana Umaga (cf vidéo ci-dessous). Gravement blessé à l’épaule, il a ensuite été indisponible pendant cinq mois. Son absence a suscité une très vive polémique dans le monde du rugby qui a débouché sur un texte baptisé « amendement O’Driscoll ». Son objectif était clair: protéger l’intégrité des joueurs en interdisant ce genre de plaquage. Malgré cela, on assiste encore fréquemment à ce genre de gestes lors de matchs internationaux. Vincent Clerc peut en attester! Dans cette Coupe du monde, il a également été victime d’un plaquage cathédrale contre le Tonga. Le fautif, Sukanaialu Hufanga, avait alors écopé d’un carton jaune. Le trois-quart centre Fabrice Estebanez avait écopé de la même sanction lors de cette rencontre après avoir « retourné » un joueur des Tonga. Des décisions arbitrales « clémentes » qui ne peuvent que renforcer le dépit des Gallois. O.B.

PS: le chroniqueur néo-zélandais Chris Rattue a signé une intéressante tribune dans laquelle il prend la défense d’Alain Rolland. Pour lui, Warburton est le seul coupable dans cette affaire avec ce geste que le monde du rugby ne peut pas tolérer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :