h1

Les Bleus en embuscade

19 octobre 2011

Sur le papier, pas de doute, tous les chiffres plaident en faveur des All Blacks. La Nouvelle Zélande a gagné 8 de ses 10 dernières confrontations contre la France. La dernière victoire est récente: elle remonte au 24 septembre (37-17). L’équipe néo-zélandaise est invaincue dans cette Coupe du monde: lors de chacun de ses six matchs, elle a inscrit 48,8 points en moyenne (25,3 pour les Bleus), dont 6,5 essais  (2,5 pour les Bleus). Les Français ont, eux, perdu deux fois en phase de poule (contre les All Blacks et les Tonga). Seule l’Angleterre avait réussi, avant cette édition, à se hisser en finale de Coupe du monde après avoir souffert une défaite en match de poule. La première fois, c’était en 1991: l’Angleterre avait été battue par la Nouvelle-Zélande (12-18) en poule mais avait tout de même réussi à atteindre la finale, s‘inclinant alors face à l‘Australie. Idem en 2007: les Anglais avaient souffert un lourd revers face à l’Afrique du Sud (36-0) en poule. Les retrouvailles en finale entre ces deux équipes avaient de nouveau tourné en faveur des Springboks. Une raison de plus pour les All Blacks d’avoir confiance avant la finale de dimanche. D’autant que lors de la Coupe du monde de 1987, remportée par les All Blacks face aux Français, les Bleus avaient déjà connu un accroc lors de la phase de poule face à l’Ecosse contre laquelle ils avaient fait match nul (20-20)

Pourtant, les appels à la prudence, ou à la méfiance, se multiplient. Les All Blacks se sont tellement vu reprocher leur arrogance après l’élimination de 2007 par les Bleus qu’ils ne peuvent pas répéter la même erreur. Une leçon également bien comprise par certains chroniqueurs locaux. Chris Rattue (cf photo) s’était illustré voilà quatre ans dans les colonnes du New Zealand Herald avec un texte dans lequel il expliquait comment les All Blacks allaient massacrer les Bleus en quart de finale. Il s’était fendu d’un mea culpa après leur défaite. Du coup, il se méfie de la « fierté cabossée des Français«  dans cette Coupe du monde. « Une équipe prévisible du pays de Galles aurait été de la chair à canon pour une équipe de Nouvelle-Zélande qui possède tant d’armes, surtout sans Adam Jones (blessé) et Sam Warburton (suspendu). Mais les Français peuvent encore jouer d’une façon envoûtante. (…) J’ai renoncé à écarter les Français depuis un certain match à Cardiff en 2007 (cf vidéo ci-dessous). A cette occasion, ils avaient su se redresser et ils en sont encore capables« , écrit Chris Rattue. Et certains de ses collègues redoutent même une véritable embuscade française, en se demandant si les divisions affichées publiquement entre Lièvremont et ses joueurs ne sont pas un simple stratagème destiné à brouiller les cartes. O.B.

PS: Lièvremont a annoncé son XV pour affronter les All Blacks. Il aligne la même équipe qu’en demi-finale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :