Posts Tagged ‘Japon’

h1

Le Japon veut finir sur une victoire

26 septembre 2011

Si les All Blacks attendent depuis 24 ans de pouvoir brandir de nouveau le trophée Webb Ellis, d’autres équipes engagées dans l’actuelle Coupe du monde poursuivent également un objectif depuis de longues années. C’est le cas du Japon, présent lors des six éditions précédentes de cette compétition, qui espère pouvoir ajouter une victoire à son tableau de chasse. Sur les 23 matchs disputés en Coupe du monde à ce jour, les Japonais en ont obtenu une seule (cf livre « Rugby, Coupe du monde inédite »). C’était le 14 octobre 1991 face au Zimbabwe (52-8). Tout le reste n’a été que défaites, plus ou moins larges, et un match nul. Il a été obtenu lors de l’édition 2007 face au Canada (12-12). Et c’est cette même équipe que les Japonais s’apprêtent à affronter lors de leur dernier match en Nouvelle-Zélande.

Pour tenter de renverser les Canadiens, les joueurs de John Kirwan pourront s’appuyer sur leur belle prestation face à la France. Ils ont certes perdu contre la France (21-47) mais ont réussi un très bon match jusqu’à l’heure de jeu, leur ouvreur James Arlidge inscrivant notamment deux essais (cf vidéo ci-dessous). « Le monde a vu« , titrait la revue spécialisée japonaise Rugby Magazine après cette rencontre. Les amateurs de rugby de toute la planète ont en effet pu constater que cette équipe japonaise est en progrès constants. Et même si le Japon a ensuite été battu par les All Blacks (7-83) et les Tonga (18-31), il compte bien terminer cette compétition sur un exploit. Mais Il va affronter un Canada très motivé qui cherche à prendre la troisième place du groupe A. Car il pourrait ainsi décrocher sa qualification pour la prochaine Coupe du monde. Une victoire impérative s’impose donc pour les Canadiens, qui doivent cependant également compter sur une défaite des Tonga face à la France le 1er octobre. Pour leur dernier match de poule, les Canadiens affronteront de leur côté la Nouvelle-Zélande, le 2 octobre à Wellington (cf calendrier). O.B.

Publicités
h1

Du grand Arlidge

12 septembre 2011

Dans son pays natal, James Arlidge avait forcément envie de briller. Le 10 septembre, face aux Bleus, il a signé un match de très haut niveau, marquant les 21 points du Japon. Pour sa trentième sélection, l’ouvreur du Japon a inscrit trois pénalités, deux transformations et deux essais. Il a d’ailleurs donné quelques frayeurs aux Bleus qui ont vu les Japonais revenir à seulement quatre points (21-25) à la 59e minute du match grâce à une nouvelle pénalité. Mais les Nippons ont craqué dans les vingt dernières minutes: ils ont encaissé trois essais supplémentaires et se sont finalement inclinés sur le score de 21 à 47 (cf vidéo ci-dessous).

Comme le souligne le site d’informations Rugby Heaven, il est rare que l’homme du match (cf photo ci-dessus de la remise du trophée) se trouve dans les rangs de l’équipe qui perd. Mais comment faire autrement après la prestation de James Arlidge ! Avec 21 points, il ne figure certes pas en haut de la liste des meilleurs marqueurs de points sur un seul match de Coupe du monde. Loin devant se trouve notamment le All Black Simon Culhane, qui avait marqué 45 points face au Japon en 1995 (cf livre « Rugby, Coupe du monde inédite » ). La Nouvelle-Zélande avait gagné 145 à 17, décrochant alors le record de points marqués lors d’un match de Coupe du monde.  Mais Arlidge restera comme l’un des meilleurs marqueur de l’histoire du Japon, dont l’équipe a participé à toutes les éditions de la CDM depuis 1987.

Ce joueur âgé de 32 ans fait partie de la « légion étrangère » de la sélection entraînée par un autre Néo-Zélandais, John Kirwan. Arrivé dans le championnat japonais en 2004, James Arlidge a décroché sa première sélection avec l’équipe de ce pays en avril 2007. Mais il n’avait pas disputé la précédente Coupe du monde. Il a ensuite évolué  dans plusieurs clubs européens, tout en continuant à jouer pour le Japon. Ancien joueur des Blues d’Auckland, Arlidge a eu le plaisir d’affronter les Bleus devant de nombreux amis. Et il sait que le prochain match sera encore plus fort sur le plan émotionnel. Car c’est dans sa ville natale, à Hamilton, qu’il défiera le 16 septembre les All Blacks sous les couleurs japonaises. O.B.

MISE A JOUR 16/09/2011: Arlidge n’a finalement pas été retenu pour le match face aux All Blacks, son entraîneur le préservant pour les duels face aux Tonga et au Canada.

h1

Kirwan défend la multinationale japonaise

23 août 2011

Les prochains adversaires des Bleus sont prêts. L’entraîneur de l’équipe du Japon, l’ancien all black John Kirwan, a communiqué hier sa liste des 30 joueurs qui s’envoleront pour la Nouvelle-Zélande le 30 août prochain. Et selon le Daily Yomiuri, Kirwan ne tarit pas d’éloge sur ses protégés : « Nous sommes plus complets qu’il y a quatre ans. Nous sommes plus forts, mieux préparés, nous allons plus vite et nous comprenons mieux nos forces et nos faiblesses ». Pour Kirwan, l’objectif est clair : démontrer au monde du rugby les progrès du rugby japonais lors des deux premiers matchs de poule, le 10 septembre contre la France et le 16 septembre face à  la Nouvelle-Zélande. Et gagner ensuite leurs dernières rencontres face au Canada et au Tonga (cf calendrier). Au vu de leurs résultats lors des matchs de préparation avec des victoires probantes contre les Etats-Unis, Fidji ou Tonga et une courte défaite face à l’Italie (cf vidéo), les Japonais toujours à la recherche de leur premier succès en Coupe du monde pourraient y parvenir.

Lors de l’annonce de son équipe, John Kirwan a été interrogé au sujet du nombre de joueurs étrangers présents dans son groupe. Sur les 30 joueurs désignés, 10 sont étrangers comme le Néo-Zélandais James Arlidge, l’Australien Ryan Nicholas ou le Tongien Sione Vatuvei. La réponse de Kirwan a été cinglante : « Je suis un peu fatigué de revenir sans cesse sur cette question. Nous suivons les règles de l’IRB et aujourd’hui nous devons faire appel à des joueurs étrangers pour faire progresser le rugby japonais. Ils sont tous très fiers de jouer pour le Japon et certains d’entre eux vivent ici depuis longtemps ». L’histoire de la Coupe du monde de rugby est jalonnée d’exemples d’expatriés dans les sélections nationales. Le livre Rugby, Coupe du monde inédite raconte dans le détail les destins de ces joueurs ayant jonglé avec différents maillots… Mais, depuis 2000, l’IRB a édicté un règlement qui interdit d’être sélectionné par un pays si un joueur a déjà disputé un match pour une autre sélection nationale. Hormis cette interdiction, le règlement actuel est plutôt souple : après trois ans de résidence dans un pays, un joueur peut être appelé en équipe nationale. E.M

h1

Au soutien du Japon

11 août 2011

Peu après le séisme et le tsunami qui ont ravagé le Japon le 11 mars, le Néo-Zélandais John Kirwan, entraîneur de l’équipe japonaise de rugby, avait expliqué que la sélection nationale ferait tout ce qu’elle pourrait pour aider le pays à se relever. Elle a ainsi disputé plusieurs rencontres permettant de récolter de l’argent. Et la prochaine aura lieu à Cesena le 13 août, contre l’Italie. La Fédération italienne de rugby (FIR) a en effet accepté de venir en aide aux victimes japonaises en lançant l’opération Friends for Japan à laquelle se sont associées de nombreuses personnalités italiennes. Organisé en soirée, le match sera précédé de plusieurs concerts et animations.

L’engagement italien s’explique notamment par la présence de John Kirwan à la tête de la sélection japonaise (cf vidéo ci-dessous). Avant de mettre le cap sur l’Asie fin 2007, l’ancien trois-quart all black a dirigé l’Italie et il conserve des liens très forts avec ce pays et son rugby. Peu après la catastrophe, Kirwan avait confié que deux joueurs de la sélection nationale avaient directement été frappés par cette catastrophe, leurs familles ayant pratiquement tout perdu. Et il s’attendait à ce que cette tragédie provoque un surcroît de motivation au sein du groupe des joueurs japonais. Présente lors des six premières éditions de la Coupe du monde, le Japon n’a obtenu qu’une seule victoire, en 1991 face au Zimbabwe (cf le livre « Rugby, Coupe du monde inédite« . Mais il avait affiché un visage ambitieux lors des matchs de poule en 2007, en ne perdant que de quatre points face aux Fidji (31-35) et en obtenant un match nul contre le Canada (12-12).

Les « Cherry blossoms » ont également prouvé leur grande détermination lors de la récente Coupe des Nations du Pacifique, qui réunissait cette année les Samoa, les Tonga, les Fidji et le Japon. Initialement prévue sur l’archipel japonais, cette compétition s’est finalement déroulée aux Fidji en raison du séisme. Et les Japonais ont, pour la première fois de leur histoire, réussi à gagner cette compétition. Ils pointent actuellement à la 12e place du classement mondial de la Fédération international de rugby (IRB), une position qu’ils n’avaient jamais atteinte. Ils se trouvent d’ailleurs juste derrière leur futur adversaire, l’Italie (11e). Les deux équipes se sont déjà affrontées à quatre reprises et l’Italie s’est toujours imposée. Et elles veulent toutes se rassurer à moins d’un mois de la Coupe du monde. Le Japon débutera cette compétition face à la France et l’Italie défiera l’Australie (cf calendrier). O.B.

h1

Le Japon fait un bond

14 juillet 2011

Les Japonais sont en grande forme. Les futurs adversaires du XV de France dans le groupe A de la prochaine Coupe du monde, viennent de remporter pour la première fois de leur histoire la Coupe des Nations du Pacifique. Au cours de la compétition, les Nippons ont successivement épinglé à leur tableau de chasse les îliens de Fidji et Tonga. Rien que ça… Les Japonais n’avaient plus battu Fidji depuis dix sept ans. Résultat : les Nippons font un bond au classement de l’IRB. Désormais, ils pointent à la 13ème place grillant la politesse à la Georgie (15ème) et à Tonga (14ème). Le rugby japonais s’appuie sur une ligue professionnelle structurée par les grandes entreprises du pays comme Toyota, Panasonic, Honda, Toshiba qui détiennent les clubs de l’élite. Un championnat qui attire des stars qui viennent finir au pays du soleil levant leur carrière sportive. C’est le cas de George Gregan, l’ancien demi de mêlée de l’Australie a terminé sa carrière dans le championnat japonais. La liste élargie de cinquante joueurs concoctée par l’entraîneur du Japon John Kirwan, ancien All Black, compte d’ailleurs une douzaine de joueurs d’origine néo-zélandaise ou tongienne évoluant dans le championnat japonais. Certains ont connu les joutes du Super 12 ou du Super 14 comme James Arlidge ou Ryan Nicholas. Lors de la prochaine Coupe du monde, les Japonais ont les moyens de décrocher une seconde victoire dans cette épreuve. Leur unique succès date de 1991 où les Japonais s’étaient imposé contre le modeste Zimbabwe (52-8) (cf le livre « Rugby, Coupe du monde inédite »). Mais les temps ont changé…En 2007, au cours d’un match épique, le Japon ne s’était incliné que de quatre points face au Fidji (31-35). Au classement de l’IRB, les Japonais se situent désormais devant le Canada et Tonga qu’ils affronteront en match de poule.E.M