Posts Tagged ‘IRB’

h1

Dusautoir au sommet

24 octobre 2011

On pressentait avant la finale que les Bleus se préparaient à défier les All Blacks au moment du haka. Ils l’avaient déjà fait par le passé, notamment en 2007. Et leur attitude avant le coup d’envoi de cette finale restera un des moments forts de cette Coupe du monde (cf vidéo ci-dessous). « Le haka a été un moment très spécial. Les Français ont mis en avant un mot important de la culture française, la solidarité, en composant une chaîne humaine en forme de V, main dans la main. Le symbole était que quoiqu’il arrive, les Français resteraient unis jusqu’à la fin de ce match. Ensuite, ils se sont rapprochés des All Blacks en marchant, tout en respectant le haka« . Ce récit est signé par un homme qui a également défié les Néo-Zélandais avec l’équipe de France: Pieter de Villiers. Le pilier retraité signe une tribune dans le quotidien sud-africain Cape Argus dans laquelle il rend hommage aux Bleus. A commencer par leur capitaine Thierry Dusautoir. Elu homme du match après la finale,  Dusautoir a été désigné dans la foulée meilleur joueur de l’année par la Fédération internationale de rugby (IRB, cf photo ci-dessus).

Après la rencontre, Dusautoir a confié que le groupe avait choisi, quelques heures avant le coup d’envoi, de faire face de cette manière au haka, en précisant que l’idée venait d’une personne qui préférait rester discrète. Et il a ajouté que le plus dur avait été de retenir les Bleus au moment où ils avançaient sur leurs adversaires. Ils sont d’ailleurs allés un peu trop loin, bravant les règles imposées par l’IRB. Et la Fédération française pourrait être condamnée à une amende ou à une peine symbolique. O.B.

MISE A JOUR 25/10/2011: La France été sanctionnée d’une amende de 2 880 euros pour avoir franchi la ligne médiane du terrain alors que les All Blacks exécutaient le haka avant le match.

Publicités
h1

La France battra-t-elle encore l’Angleterre ?

19 octobre 2011

L’élection du nouveau président de la Fédération internationale de rugby (IRB), qui a lieu ce mercredi 19 octobre, va donner à une belle empoignade entre deux anciens deuxième-ligne. D’un côté le Français Bernard Lapasset (cf photo), président de l’IRB depuis le 1er janvier 2008 et candidat à un nouveau mandat de quatre ans. De l’autre, l’Anglais Bill Beaumont, vice président de l’IRB et ancien joueur du XV de la Rose (41 sélections). « On s’attend à ce que les Fédérations néo-zélandaise et australienne soutiennent Beaumont qui a promis de réformer le modèle commercial de l’IRB et celui des Coupes du monde« , explique le site néo-zélandais Stuff. Il précise cependant que les petites nations du rugby peuvent faire pencher la balance entre les deux candidats dans ce scrutin qui s’annonce serré.

Jusqu’au dernier moment, les tractations iront bon train entre les candidats et les différents pays membres, ainsi que les confédérations régionales qui possèdent également un droit de vote. Soit 26 voix en tout*. Dans le camp anglais, la méfiance est de mise. « Un président anglais de l’IRB avant la Coupe du monde 2015 en Angleterre serait certes du meilleur effet. Mais la Fédération anglaise de rugby (RFU) est extrêmement impopulaire dans le monde entier« , rappelle le quotidien anglais Daily Express, qui redoute de voir  » l’Angleterre perdre de nouveau face à la France » . Les Bleus ont en effet déjà joué un bien mauvais tour au XV de la Rose en quart de finale de cette Coupe du monde. Battus 19 à 12, les Anglais sont rentrés chez eux avec des valises pleines de regrets et de polémiques. Car c’est surtout en dehors des terrains, par leur frasques nocturnes, que les Anglais se sont illustrés en Nouvelle-Zélande. O.B.

*Huit pays ont 2 voix chacun: la France, L’Angleterre, le pays de Galles, l’Irlande, l’Ecosse, l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande, l’Australie. Quatre ont 1 voix: le Canada, le Japon, l’Argentine, l’Italie. Les autres voix sont réparties entre les six confédérations régionales (Confédération africaine de rugby, Asian rugby Football Union,…)

MISE A JOUR (1): Le Conseil mondial de l’International Rugby Board (IRB) a finalement décidé ce 19 octobre de repousser cette élection au mois de décembre 2011

MISE A JOUR (2): Bernard Lapasset a été réélu le 12 décembre pour un deuxième mandat de quatre ans à la tête de l’IRB, et ce dès le premier tour. Il a obtenu 14 voix et a ainsi battu son vice-président Bill Beaumont

A lire sur le même sujet: Lapasset dans les pas de Ferrasse

h1

Gloucester va récupérer son twitteur compulsif

18 octobre 2011

« Mon alphabet n’a plus que 23 lettres. Je ne peux plus utiliser le I, le R et le B. Pour les raisons que vous connaissez« . Pas de doute, l’ailier samoan Eliota Fuimaono-Sapolu ne manque pas d’humour. Il  doit désormais faire preuve d’une grande prudence lorsqu’il fait allusion dans ses tweets à l’instance suprême du rugby mondial, l’International Rugby Board (IRB). Il n’avait pas ménagé ses critiques pendant la Coupe du monde contre cette instance et contre l’arbitrage, en multipliant les insultes. Il voulait notamment dénoncer le traitement injuste des « petites équipes » comme les Samoa dans la Coupe du monde car le calendrier ne leur permet pas de jouir des mêmes plages de récupération que les grandes nations du rugby.

La Commission de discipline de l’IRB lui a finalement infligé une suspension de six mois avec sursis. Pour échapper à cette peine, Eliota Fuimaono-Sapolu devra présenter des excuses à l’arbitre Nigel Owens, qu’il a traité de « connard raciste« ), effectuer un minimum de 100 heures de travail d’intérêt général aux Samoa dans le cadre des programmes de l’IRB et une formation d’arbitre sous 3 mois. Le joueur s’en tire plutôt bien: il n’a pas été interdit de twitter ! Au vu de l’activité de son compte, cela aurait été un véritable coup dur pour lui. Mais si Eliota Fuimaono-Sapolu continue de livrer ses impressions sur la Coupe du monde (la défaite galloise, la performance de Cruden, …), il se garde en revanche de commenter sa peine. « Il est précisé dans la sentence que je ne peux pas critiquer l’IRB« . Le joueur semble prêt à accepter les conditions imposées. Il a même déjà concocté un programme:  « Pour les dix premières heures de travaux d’intérêt général, ce sera ‘comment utiliser twitter‘ », s’amuse Eliota Fuimaono-Sapolu. Il s’apprête à retrouver le club de Gloucester et pourrait être aligné dès le week-end prochain pour le match contre Leicester. O.B.

h1

L’arbitre Lawrence maudit en Afrique du Sud

11 octobre 2011

Quatre ans après l’élimination des All Blacks par la France en quart de finale de la Coupe du monde, un homme continue d’être honni en Nouvelle-Zélande: l’arbitre anglais Wayne Barnes… La photo-ci-contre, prise le mois dernier dans un pub de Rotorua, en est une parfaite démonstration. Pour beaucoup de supporters néo-zélandais, il est le principal responsable de la défaite all black (18-20). Ils lui reprochent surtout de ne pas avoir sifflé un en-avant sur l’essai inscrit par Yannick Jauzion en deuxième mi-temps (cf vidéo ci-dessous).

En 2011, c’est au tour d’un arbitre néo-zélandais de faire face à une vague de critiques. « Bryce Lawrence est devenu l’ennemi public numéro 1 en Afrique du Sud« , écrit le site d’information IOL. Lawrence (cf photo ci-dessous)) est rendu responsable de la défaite des Springboks face à l’Australie (9-11). Lancée dans la foulée, une page facebbok intitulée « Petition To Stop Bryce Lawrence Ever Reffing A Rugby Game Again » (« Pétition pour que Bryce Lawrence n’arbitre plus jamais un match de rugby ») rassemble déjà plusieurs dizaines de milliers de personnes. Pour le chroniqueur sud-africain Peter Greenaway, cet arbitre n’a pas appliqué les consignes sur le jeu au sol, laissant notamment le troisième-ligne australien David Pocock gratter de nombreux ballons. Le joueur australien a été désigné homme du match.

Comme en 2007, une passe fait polémique: celle jugée en-avant par les arbitres de cette rencontre sur l’essai inscrit par le jeune arrière sud-africain Pat Lambie à la 46e minute. Cet essai refusé suscite de nombreux regrets dans le camp sud-africain. Le capitaine des Sprinbgboks, John Smit, a lui aussi fait part de son incompréhension face à l’arbitrage de Bryce Lawrence. Ce dernier avait déjà dû essuyer les critiques australiennes après la défaite des Wallabies face à l’Irlande, en match de poule. L’IRB n’a pas tenu à commenter ces polémiques, se contentant d’annoncer les noms des arbitres pour les deux demi-finales: l’Irlandais Alain Rolland dirigera la demi-finale entre la France et le pays de Galles, le 16 octobre, et le Sud-Africain Craig Joubert celle entre la Nouvelle-Zélande et Australie le lendemain. O.B.

PS: merci aux Petits Pères voyageurs qui mettent leurs photos à disposition du blog

A lire aussi: Walsh ne siffle plus que sur le terrain

h1

Un Samoan s’en prend aux « esclavagistes » de l’IRB

19 septembre 2011

Le trois-quart centre samoan Eliota Fuimaono-Sapolu n’a pas marqué de points dans cette Coupe du monde, sur la pelouse comme auprès de la Fédération internationale de rugby (IRB). Il n’a en effet pas hésité à laisser exploser sa colère sur twitter après la défaite de son équipe, le 18 septembre, face au pays de Galles (10-17). La raison : le calendrier de cette Coupe du monde qui a permis aux Gallois d’avoir sept jours de repos avant de disputer cette rencontre cruciale dans le groupe D, le plus relevé de la compétition. Les Samoans n’ont, eux, pu profiter que de quatre jours, leur premier match dans cette compétition ayant eu lieu le 14 septembre. « IRB, arrête d’exploiter mon peuple. Tout ce que nous demandons, svp, c’est de l’équité. S’ils ont droit à une semaine, alors donne-nous aussi une semaine. C’est simple », a notamment écrit Eliota Fuimaono-Sapolu, qui joue dans le championnat anglais sous les couleurs de Gloucester. « Donnez trois jours de repos aux Gallois et une semaine aux Samoas. Nous les aurions tués!! », a également écrit le joueur dans la myriade de twitts postés au cours des 24 dernières heures sur son compte.

« Le joueur âgé de 30 ans a mis son avenir en péril en décidant de défendre de cette manière la cause, pourtant juste, des petites nations du rugby« , écrit le quotidien britannique Daily Mail. L’IRB pourrait en effet réagir durement aux accusations portées. Côté gallois, on tient à rappeller que les deux équipes n’ont également pas eu droit à la même entrée en matière dans cette Coupe du monde. Alors que les Gallois affrontaient d’emblée les Sud-Africains, champions du monde en titre, les Samoans étaient opposés aux Namibiens, petit poucet de cette septième édition de la CDM. O.B.

MISE A JOUR 20/09/2011: l’IRB  a accepté les excuses officielles de la délégation samoane et ne donnera pas suite à cette affaire. Aux Samoans désormais de sanctionner, ou non, le joueur.

 

h1

La Coupe du monde à la télé indienne !

19 juillet 2011

Bonne nouvelle ! Les Indiens pourront pour la première fois assister devant leur poste de télévision à tous les matchs de la Coupe du monde de Rugby en direct. RWCL (Rugby World Cup Limited), la filiale de l’IRB chargée de commercialiser l’évènement (notamment les droits de diffusion télé), a annoncé avoir conclu un accord avec Neo Sports, en tant que diffuseur officiel de la Coupe du monde en Inde. Pour l’IRB, le message est clair : au cours de la prochaine décennie, le développement du rugby passe inévitablement par l’Asie. Une stratégie qui a d’ailleurs conduit l’IRB à désigner le Japon comme hôte de la Coupe du monde de rugby en 2019. « L’Inde est l’un des plus grands marchés du sport dans le monde avec un intérêt sans cesse croissant pour le rugby », souligne Mike Miller, le patron de la RWCL dans un communiqué. 100 millions de foyers indiens sont concernés par cet accord de diffusion. Avec 22 000 licenciés, l’Inde pointe au 75ème rang mondial au classement de l’IRB. Le Japon sera l’unique représentant de l’Asie à la prochaine Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Pour se qualifier, les Japonais ont fini en tête d’un tournoi réunissant la Corée du Sud, le Kazakhstan, Hong Kong et une équipe réunissant différents états du Golfe (Bahreïn, Qatar, Koweit, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, etc)E.M

h1

Le Fidjien Nakarawa n’est pas le bienvenu

15 juillet 2011

« Le deuxième-ligne Leone Nakarawa, membre des forcées armées fidjiennes, a réussi à entrer ans le groupe de 35 joueurs sélectionnés pour préparer le match contre la Nouvelle-Zélande (prévu le 22 juillet à Dunedin)« , annonce le quotidien The Fiji Times. Si ce journal parle de la carrière militaire de ce jeune joueur, c’est parce qu’elle peut décider de sa participation à la prochaine Coupe du monde. Leone Nakarawa n’est en fait pas le bienvenu en Nouvelle-Zélande : depuis le coup d’état du 5 décembre 2006 qui a eu lieu aux Fidji, Auckland a imposé des restrictions d’accès à son territoire à tout ressortissant fidjien lié à la junte militaire. Et les organisateurs de la prochaine Coupe du monde ont prévenu que cette règle ne souffrirait d’aucune exception. Du côté fidjien, un espoir demeure tout de même, des discussions se poursuivant entre la Nouvelle-Zélande et la Fédération internationale de rugby (IRB). « L’encadrement des Fidjiens volants croise les doigts pour que la tour fidjienne (1,98 m) obtienne un visa pour la Nouvelle-Zélande« , ajoute le journal. Mais le temps presse pour Nakarawa qui n’a que très peu de chances de disputer le prochain test-match, les Fidjiens devant rapidement annoncer la liste des 24 joueurs retenus pour cette rencontre. Agé de 23 ans, Nakarawa a décroché sa première sélection avec l’équipe de rugby à XV fidjienne en juin 2009. En mai dernier, il a intégré l’équipe de rugby à VII qui a disputé le tournoi de Londres. Les Fidji ont alors été battus en finale par l’Afrique du Sud. O.B.

Mise à jour: La Fédération fidjienne de rugby a annoncé le 18 juillet qu’elle renonçait à sélectionner Nakarawa pour le match de préparation contre les All Blacks